61,75% un chiffre qui fait basculer une vie, Gaël Le Bohec élu député

C’est à Bain de Bretagne le 11 mai 2017, que Gaël Le Bohec, jeune quarantenaire apprend son élection de député sous l’étiquette En Marche, une surprise. Son statut change, il passe d’autoentrepreneur à député, une transition difficile mais souhaitée.

Baromètre de l’Assemblée Nationale épinglé sur la poitrine, blazer noir et regard vif, telle est l’image de Gaël Le Bohec. Un quarantenaire, mari et père de famille voit sa vie changée, il devient député le 11 mai 2017 à 61,75%.

Cette carrière en politique ne lui était pas prédestinée. Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur généraliste, il écume les grands groupes, tel que Johnson & Johnson, L’Oréal, mais aussi le domaine de l’agroalimentaire et de la santé. Puis il revient en Bretagne où il décide de se lancer dans une nouvelle aventure, celle d’autoentrepreneur. Il crée son entreprise Optilog Santé, un organisme formateur dans le domaine de la santé, et plus particulièrement pour les hôpitaux. Aujourd’hui cette entreprise est en « stand-by » comme le dit Gaël Le Bohec, « elle marche toujours, mais sans moi, j’ai délégué à ma secrétaire et à mes employés, je ne peux pas tout cumuler ».

Depuis qu’il a été élu député, bon nombre de ses habitudes ont changé, à commencer par son lieu de travail, d’un simple bureau, il passe à l’Assemblée Nationale. Il dit « ces 6 derniers mois ont été rudes, entre la famille, mon nouveau travail et mes obligations, la transition fût fatigante, mais aujourd’hui c’est bon ».

Depuis plusieurs années, il s’intéressait à la politique mais ne trouvait pas chaussure à son pied. Pour lui l’Assemblée Nationale, n’était plus représentative des Français et c’est en s’intéressant au mouvement « En Marche » d’Emmanuel Macron, que Gaël Le Bohec commence sa carrière en politique. « Tout d’abord j’ai créé une communauté citoyenne qui m’a permis de mieux comprendre les besoins de tous » explique-t-il. Encouragé par ses proches, sa femme et ses amis il envoie « sa candidature », « mon CV, ma lettre de motivation et mon casier judiciaire » dit-il, une candidature de monsieur tout le monde. Aujourd’hui, il est député et prône les principes de « parité et de la pluralité des avis, car c’est grâce à cela que l’on obtient les avis de tous ainsi que les véritables solutions aux problèmes ».

Gaël Le Bohec, suit les traces familiales « mon grand-père était député et mon père, conseiller municipal », un entourage qui n’a donc pas eu de mal à accepter cette décision de s’engager dans la politique. 

« C’est un travail très varié et prenant, qui doit s’effectuer en équipe », Gaël Le Bohec dispose d’une équipe de trois personnes, qu’il appelle « ses collaborateurs », Astrid Morne est collaboratrice parlementaire en charge du traitement des dossiers législatifs, Nicolas Ellouet est en charge de l’accueil, de l’agenda, ainsi que du suivi des courriers, des demandes individuelles et de la communication, il est assisté par Cateline au niveau de la communication et des dossiers personnels.  Gaël Le Bohec envisage même d’essayer de reprendre ses anciennes activités, « aujourd’hui je tente de me réinvestir petit à petit dans mon entreprise ».

 

Léo DIVAY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *