Arthur Allizard, des projets en image et en son

Arthur Allizard est le batteur des groupes Granville et Gandi Lake. Il est aussi cofondateur et rédacteur du blog Le Projo, associé au workshop Lapage et freelance en conseil en communication, image et production. Rencontre avec un jeune homme qui fourmille de projets.

« L’image, le son et la communication c’est tout ce qui me plaît. » Nous voilà prévenus. « La communication c’est surtout de l’image et du son, il y a toujours un rapport entre les deux. » Musicien depuis l’âge de sept ans, Arthur Allizard créé une association de production de musique à 18 ans avec son ami Sofian El Gharrafi. En 2011, ils forment un groupe qu’ils baptisent Granville.

Dans le même temps, Arthur décroche son DUT Information-Communication à l’IUT de Caen, puis il intègre l’E2SE où il prépare un bachelor en marketing.

Granville, « une expérience de dingue »

Le succès commence à lui sourire en 2012. Cette année-là, Granville se produit aux Papillons de Nuit et à Rock en Seine puis signe chez Warner Music. Leur premier album, Les Voiles, sort le 4 février 2013 et s’écoule à 20.000 exemplaires.

« C’était un peu fulgurant, une expérience de dingue. Pendant deux ans on n’a pas arrêté de tourner en France et à l’étranger, on a fait des rencontres de fous avec plein de groupes, on a voyagé et ça nous a permis d’expérimenter plein de trucs. »

La tournée s’achève en novembre 2013. Depuis, le groupe compose son deuxième album, ce qui permet à Arthur de mener « d’autres projets qui me permettent de faire autre chose, de voir autre chose. »

Lapage, « espace de co-working créatif »

Depuis septembre 2014, Arthur est associé au workshop Lapage avec un photographe, une graphiste et un plasticien. Pour financer leur projet, ils ont lancé une campagne de crowdfunding sur internet. « On a récolté 4 000 €. Avec ces 4 000 €, on a retapé 100 m² d’atelier pour en faire un lieu d’exposition et un espace de co-working créatif. »

Le « workshop à la française » a ouvert ses portes le 19 septembre 2014 et suscite un intérêt grandissant. « On a créé une fanbase assez importante, on est arrivé à peu près à 800 personnes sur Facebook en trois mois, ce qui est énorme, et 500 adhérents au club Lapage. »

Arthur aime profiter du lieu pour se faire plaisir. « On n’est pas subventionnés, c’est vraiment un projet indépendant », un lieu unique qui accueille débats, showcases et un vernissage par mois.

Au même moment, il devient freelance en conseil en communication, image et production. Son projet est encore jeune. « J’ai refait des sites pour des boîtes culturelles et j’ai participé à un projet qui va sortir sur la mode et le luxe pour la région. Ça démarre tout juste. »

« Je suis freelance, ça me permet de ne pas être pris toute la semaine pour pouvoir faire des choses plus culturelles. À l’atelier, c’est notre façon de faire pour proposer des choses un peu différentes. »

Le Projo, « des gens dans la musique »

Arthur réalise également des interviews de professionnels de la musique pour le blog Le Projo, qu’il a créé en collaboration avec son frère Charles-Louis. Une plateforme reconnue par leurs pairs. « Le blog a été relayé par l’IRMA, qui est LE site d’information et de ressources sur les musiques actuelles en France. »

Le Projo lui permet de faire perdurer des rencontres professionnelles qu’il a faites dans le cadre du projet Granville. « Les modes passent très vite mais les professionnels sont toujours les mêmes d’une année sur l’autre et c’est important pour moi de garder un pied dedans pour différents projets. »

Des projets, Arthur devrait encore en avoir de nouveaux d’ici quelques années. Il espère pouvoir voyager à nouveau. « Deuxième album, nouvelle tournée j’espère, avec les deux groupes. J’aimerais retourner au Canada, faire la Norvège, l’Islande… Le disque avant, puis la tournée ensuite. » C’est tout ce qu’on lui souhaite.

Suzy NOWINSKI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *