Delphine Cadiot, vendeuse à la maison de la presse d’Aubigny

Delphine Cadiot, travaille à EliGil Press, la maison de la presse d’Aubigny-Sur-Nère depuis 2013. Elle a toujours aimé les livres et espère transmettre sa passion à un grand nombre.

Une atmosphère légère et agréable se dégage de la boutique. Delphine, sa vendeuse n’est pas étrangère à cette ambiance. Elle accueille les clients avec un sourire généreux, elle est un peu l’emblème du magasin.

« Quand on aime bien un livre, on aime le faire partager aux autres personnes. ».  L’importance pour elle est de transmettre sa passion pour les livres, comme l’ont fait ses parents avec elle. Cette admiration pour les bouquins est vite devenue son passe-temps favori. « C’est une façon de s’évader et de rentrer dans l’histoire des personnages. Mais ce j’aime par-dessus tout c’est le rapport au papier ». C’est finalement ce qui fait le charme des livres, ce qui permet « un rapport et une sensation unique que l’on ne trouvera jamais avec les ebooks. ». C’est d’ailleurs ce qu’elle reconnaît comme étant l’un des enjeux actuels de son métier.

« Je leur pose quelques questions pour en connaître d’avantage sur eux afin de leur recommander le livre qu’il leur faut ».

C’est « un peu par hasard », que Delphine s’est retrouvée à la tête de la partie livre de la boutique. Elle a suivi des études de commerce et a commencé à travailler en 1998, dans une librairie papeterie, on y trouvait de la presse, des fournitures mais aussi bien des livres. Sous les conseils de ses anciens patrons, elle se spécialise alors dans le domaine de la librairie. Un choix judicieux qui lui a permis d’allier son métier à sa passion. Aujourd’hui, aucun regret, elle ne changerait de travail pour rien au monde. Si elle devait le faire « se serait toujours un métier en rapport avec la culture ».

Son adoration pour les livres, lui permet de connaître un grand nombre d’œuvres et de pouvoir conseiller au mieux les clients dans leur recherche. « Je leur pose quelques questions pour en connaître d’avantage sur eux afin de leur recommander le livre qu’il leur faut ». Elle rencontre au quotidien tous types de clients, des jeunes, des adultes,… On peut tout de même distinguer « les habitués » qui habite dans les alentours et les clients parisiens, en particulier le weekend, « qui recherchent surtout de la reconnaissance ».

Delphine reconnaît que certains jeunes ont besoin d’être plus conseillés que d’autres. Notamment pour leurs lectures scolaires. Un souvenir la fait toujours sourire aujourd’hui, quand un jeune, pour son cours de français lui a demandé « Pèdre de Balzac ».

Si dans la boutique, elle est noyé de livres, il en est de même chez elle. Delphine possède environ 1100 livres, sans compter ses livres de jeunesses restés chez ses parents. « Mon attention se porte vers toutes œuvres à l’exception des livres abordant le thème de la politique. Mes lectures dépendent souvent de mon humeur du moment. En ce moment, je lis La disparition de Stéphanie Mailer le dernier livre de Dickers ».

 

 

Émilie Dubourg

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *