Est-ce bien raisonnable… de porter une chemise hawaïenne ?

Si la chemise hawaïenne est l’objet de la pensée plus ou moins créative de nombre de stylistes – ou en tout cas se définissant comme tels – du XXIe Siècle, il faut, avant d’en garnir sa garde-robe, se poser les bonnes questions. Pourquoi s’infliger une telle abjection visuelle ? Pourquoi diable recourir à une telle méthode pour attirer le regard accablant d’autrui sur sa personne ? Il y a plus simple ! Danser la polka au milieu de la route ou vociférer à l’emporte-pièces peuvent être des manières tout à fait satisfaisantes ; mais là n’est pas le propos.

Plutôt que de se précipiter sur ces modèles douteux dans les rayons de son magasin préféré, pourquoi ne pas préférer un habit séant ? Faire du neuf avec du vieux est la mauvaise devise de la chemise hawaïenne, autant dire la seule fausse bonne idée de quelqu’un qui n’en aurait pas du tout. A moins de vouloir ressembler au poussiéreux Tom Selleck de la discutable série télévisée Magnum dont il interprétait le rôle-titre, ce qui n’est pas réellement recommandé, la chemise hawaïenne est à fuir à tout prix. Étendard de la désinvolture, tête de proue de la fausse décontraction, une fois fièrement étendue sur vos épaules elle rappellera sans peine ce Zachary ou ce Kevin que tout le monde a connu au collège. Invariablement vêtu de ce bout de tissu aux effluves de viande avariée, cet éternel pensionnaire de la classe de 5e Jaune que personne n’appréciait réellement était également coiffé le plus souvent d’une queue de rat, pour faire bonne mesure. De la même manière, éviter de ressembler à Patrick, jeune cool de soixante-deux printemps, ou à Gérard, dit Gégé, sempiternel vacancier arpentant toute l’année les plages phocéennes, ne pourra qu’être bénéfique. Fatalement caractérisé par l’irrésistible combo sandales-chaussettes et cheveux gras, ce bougre mal conservé a pour seul atout vestimentaire la chemise hawaïenne familiale, crânement conservée de père en fils depuis trois générations.

Si les stylistes actuels tentent donc de remettre la chemise hawaïenne au goût du jour, il ne tient qu’à tout un chacun de ne pas se laisser tenter par cet objet du consumérisme. Non, les imprimés Liberty ou les Aloha shirt ne sont pas toujours une bonne idée, n’en déplaise à Gérard et à Patrick.

 

Gaspard LAYET-LECUYER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *