Franck Guéguéniat, « Un breton échoué sur les plages normandes »

Originaire de la presqu’ile de Crozon dans le Finistère, issu d’une lignée de marin, le Lieutenant de vaisseau Franck Guéguéniat a rejoint la Marine Nationale en tant qu’officier de réserve depuis maintenant 12 ans. On le connait aussi comme Maire d’Épron.

En 2005, il est principal dans un collège. C’est avec des représentants de la Marine Nationale lors d’un carrefour des métiers qu’il découvre la possibilité de s’engager en tant que réserviste : « Il n’y avait pas beaucoup de monde alors j’ai pris un café avec eux, deux cafés…Puis on a discuté un peu et ils m’ont dit « ça ne vous intéresserait pas de rentrer dans la réserve ? » c’était en février 2005, quelques mois plus tard, j’intégrais la marine en tant qu’officier ».

Après son stage d’intégration, il débute en tant qu’Enseigne de vaisseau de deuxième classe, grade équivalent à celui de sous-lieutenant dans les autres armées. Il remplit de nombreuses missions, très diverses : formateur aux journées d’appel (JDC), officier de liaison sur un bateau mexicain, officier de communications sur une frégate en Océan Indien dans le cadre de la lutte contre la piraterie maritime, chef adjoint de cabinet du Commandant durant un mois et demi lors d’une MECO (Mise En Condition Opérationnelle) sur le porte-avion Charles de Gaulle. Depuis maintenant 6 ans il dirige la Préparation Militaire Marine d’Épron.

« C’est la rencontre avec des jeunes, leur donner le virus de la Marine »

La Préparation Militaire Marine ou PMM est un stage militaire et maritime qui permet de découvrir le monde de la Marine. On trouve 77 centres de formation. Le Lieutenant de Vaisseau Guéguéniat est responsable de celui de Caen-Épron depuis sa création en 2012 « Il y a 7 ans, on m’a demandé de créer la PMM de Caen-Épron.  J’avais préparé un dossier avec plusieurs lieux on m’a dit : « L’Amiral, le Ministère, tout le monde est d’accord pour créer ce truc là. Est-ce que tu veux être le patron ? » ». Tous les ans, le Capitaine Guéguéniat et son équipe accueillent une vingtaine de jeunes sur une période échelonnée de 30 jours répartis dans l’année scolaire. Cette formation évoque beaucoup de choses pour lui : « 30 jours, pas mal de fatigue, de grosses responsabilités, la rencontre avec des jeunes, une super équipe, la remise au sport. »

Le retour sous peu du service national est évoqué, le Capitaine Guéguéniat affiche un soutien total à ce projet : « Je pense très important, en termes d’engagement, que des jeunes donnent un peu de leur temps à un moment ou à un autre pour la Nation, cela s’inscrit pleinement dans le cadre de la citoyenneté. »

Mais le retour d’un service militaire modernisé signerait-il la fin des PMM et des JDC ? « La JDC oui, mais pas les préparations militaires. Le Service National Universel part du principe que tout le monde devrait le faire, non pas sur la base du volontariat mais sur la base de l’obligation. Une PM c’est sur la base du volontariat […] il y aura toujours une préparation militaire parce que ce sont vraiment des jeunes motivés, qui veulent aller plus en amont. »

Détenteur de deux DEA (Master 2), un en relation internationale, et un en analyse de politique publique et également docteur en histoire, Franck Guéguéniat ne limite pas son activité à la Marine. Il est Maire d’Épron, vice-président de Caen la Mer en charge du Numérique, de la Communication et du Marketing territorial, principal du collège Clément Marot à Douvres. Il donne également des cours à Science-po (Master 2) « Avec une p’tite dose d’organisation, j’évite de me faire trop déborder, je travaille tout le temps ». Toutes ses fonctions montrent son dévouement au service des autres : « J’aime bien échanger. Mais par moment c’est compliqué de toujours donner aux autres, même si cela permet aussi de recevoir pas mal. »

Son meilleur souvenir depuis le début de sa carrière en tant qu’officier de réserve jusqu’à aujourd’hui ?

« Je garderais mon embarquement sur la frégate Dupleix dans la lutte contre la piraterie […] la descente du canal de Suez : fabuleux, les séances de sport à l’arrière du bâtiment et en même temps d’être suivi par des dauphins à 6 heures du mat […] Vraiment, pour moi, c’est cet embarquement qui m’en a mis plein les yeux ! ».

Raphaël Girardin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *