Je me souviens…

Je me souviens de ce pique-nique les
pieds dans le vide au petit ballon, où
j'ai eu si peur de tomber.

Je me souviens du crissement des graviers
sous les pas de mon père qui rentrait le soir, 
à 7h30.

Je me souviens de cette messe de mariage
interminable à laquelle je ne comprenais 
rien, et pendant laquelle j'étais obligé de 
rester debout quatre heures durant,
alors que tout le monde avait le droit de s'asseoir.

Je me souviens que je ne savais même pas
qui était ces gens, qui avaient l'air si 
heureux.

Je me souviens de la saveur du foie de 
veau que je dégustais chaque vendredi 
midi avec ma mère et mon frère, étant
enfant, sur la table de la terrasse aux 
carreaux bleus.

Je me souviens que du haut de mes huit
 années et de mes 120 centimètres, j'étais
inconsolable quand je croyais qu'en
élisant M.Sarkozy, les français avaient élu 
un dictateur.

Je me souviens de cette lettre posée à 
l'attention du père Noël, 16 rue des nuages.

Je me souviens de Louise Moaty, de sa
boule dorée magique et du sonnet 43.

Je me souviens de la chaleur des bougies
sur mes paupières refermées, du stress
qui montait pendant quelques secondes
qui paraissaient des heures, dans l'attente
du premier mot qui viendrait briser le silence.

Je me souviens que ce n'était par un vrai
avion, mais un simulateur de vol.

Je me souviens des notes de musique que
l'on tentait d'apprivoiser chaque vendredi
 matin, en salle 011.

Je me souviens que j'étais ébahi en observant
le travail minutieux de ce sculpteur de sable si
doué sur la plage de Barcelone.

                                                                                                                                                                                                                           Gaspard Layet-Lecuyer

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *