Paul Vibert : danser avant tout

Caen, 9 mai 2015, le Cargo voit à ses portes une queue phénoménale : le Battle World Unity vient de voir le jour. C’est une grande victoire. Cette victoire c’est un peu celle de l’association caennaise de breakdance SNT et de Paul Vibert, à la tête du projet. Rencontre avec ce jeune homme qui petit à petit trace sa route dans le monde du hip-hop.

Vingt quatre ans, un sourire charmeur et une vie bien remplie : voici Paul. Il est de ceux qui ne s’arrêtent jamais et qui ont des projets plein la tête. En un quart de siècle, Paul danseur de breakdance sous le nom de Bboy Power Paul, parcourt le monde de battle en battle. Il a déjà initié de nombreux projets, toujours poussé par sa passion : le break.

Organiser le premier battle international de breakdance à Caen, c’est le projet un peu fou mené par Paul et l’association de breakdance SNT crew dont il fait parti, en 2015. S’il étudie en licence d’informatique, ce ne sont pas les maths qui dansent dans sa tête mais plutôt la réalisation de cet événement : « petit à petit ça bouillonnait dans ma tête, j’allais en cours mais je n’écoutais pas, je travaillais sur le projet ».

« J’ai dit à mes parents : c’est fini les études, moi j’arrête. » Ses parents ont un regard soucieux, mais Paul a bel et bien pris sa décision « J’ai fait un pari, si en un an je n’y arrive pas, je reprendrai les cours ».

Il quitte ses études et se consacre uniquement à la danse et l’organisation du battle. Pour cela pas de secret, il s’investit et s’impose un mode de vie « le matin je me lève j’organise l’évènement, l’après-midi, je vais donner mes cours et je vais m’entrainer le soir, tout pour que ça fonctionne.» Pendant un an, avec SNT, ils vont « s’arracher » à organiser le battle. Du haut de ses vingt ans il apprend, tout seul « J’ai tout appris en mode “galère”, la logistique, la recherche de sponsors, l’hébergement, la nourriture. »

Si peu de gens y croient, lui et l’association de breakdance ne lâchent rien. Toujours accompagné des membres d’SNT, ils mettent tout leur cœur à la tache, pour réaliser un événement spécial, convivial : « On avait envie de le faire avec le cœur, de façon familiale.»

Puis il réussit à faire venir un premier danseur, un deuxième, puis un troisième et ainsi de suite. Des danseurs qu’il admire. Il est «comme un gamin qui aime le foot et qui se dit : tiens, je veux Zidane, et qui arrive à le faire venir dans sa ville jouer un match juste pour toi» se décrit-il en souriant. Ce sont au final 50 danseurs, de 13 nationalités différentes qui viendront mettre le Cargo debout.

Jour J, 15 heures : l’évènement va commencer. Alors que seulement 200 préventes étaient vendues, Paul ouvre les portes : «Et là une queue de dingue ! Jusque sur la route, une queue de malade. La plupart des gens sont venus acheter leur place le jour J.» raconte-t-il les yeux encore pétillants. Paul avait réussi son pari.

C’est en parti cette réussite qui révèle Paul auprès des Caennais, du monde du breakdance mais aussi de ses proches « Ce jour-là mes parents sont venus me voir et m’ont dit, c’est bon, fais ce que tu veux. Tu as prouvé tout. Ils ont vu pourquoi je me levais le matin, pourquoi j’allais à des rendez-vous à 7h30 voir des sponsors. Tout a pris un sens pour eux, ils ont compris, tout : mon investissement, mon niveau, pourquoi j’ai arrêté les études. Ils ont vu dans les yeux des danseurs les retours, la personne que j’étais devenue dans ce milieu du break. ».  

«Si tu as envie de te teindre les cheveux en rose, de faire une chaîne Youtube qui s’appelle ‘la fille aux cheveux roses’, alors vas-y, fais le ! Mais fais le bien et à fond. »

Cet événement résume Paul. Son cran, sa force de caractère, son investissement. Il montre que quand on travaille avec le coeur tout est possible. « Si tu as envie de te teindre les cheveux en rose, de faire une chaîne Youtube qui s’appelle ‘la fille aux cheveux roses’, alors vas-y, fais le ! Mais fais le bien et à fond. » réaliser ses rêves, voici sa philosophie. Lui a réussi, il a fait de la danse, sa vie.

Aujourd’hui, Paul compte réaliser beaucoup d’autres choses. Un de ses buts est de laisser sa trace dans le monde du break. Une tâche qu’il a déjà bien entamée en remportant de nombreux battles internationaux. Il est déjà dans le top des catégories Power Move, qui consiste en des enchainements de mouvements les plus acrobatiques et aériens du breakdance.

Son nouveau projet s’appelle Free Your Power. Ce sont des stages de breakdance, mais aussi des conférences que le danseur donne. Il y raconte son parcours et transmet à travers ses récits sa passion et l’envie de réussir. Une occasion pour les Caennais de faire la rencontre de ce jeune homme inspirant et plein et d’ambition.

Fanny Hubert

Pour en savoir plus sur le projet de Paul : Free Your Power, cliquer ici

Pour accéder à la page Facebook Free Your Power, cliquer ici

Pour voir Paul danser dans Caen, cliquer ici

Pour accéder à la page Facebook de SNT crew, cliquer ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *