Thierry, pompier à plein temps

Thierry, 45 ans, pompier volontaire au Mêle-sur-Sarthe, explique comment il organise sa vie en travaillant du 1er janvier au 31 décembre. « Je pense, je réfléchis, j’agis pompier. » affirme-t-il.

 

Tout a commencé il y a 29 ans. Ancien commando qui a fait la guerre en Yougoslavie parmi les casques bleus, Thierry a voulu garder une proximité avec l’armée en s’engageant en tant que pompier volontaire.

Et Thierry remercie ce passé militaire, car « en étant pompier volontaire il faut aider les autres. Et pour aider les autres il faut avoir un fort caractère et ne pas avoir peur de voir des choses. Mais l’ancienneté endurcit et l’armée forge le caractère. »

En plus de son dévouement au cœur des pompiers, Thierry occupe le poste d’opérateur laser au sein d’une société ornaise, au Mêle-sur-Sarthe. « Partir en intervention est une vraie passion, je me sens vivant, utile. »  Mais bien sûr, le pompier volontaire peut être appelé à tous moments sur son « sélectif bip » que ce soit la journée ou encore la nuit. « Je dois être de garde du 1er janvier au 31 décembre. » Et à cause de cela, il lui est difficile de prévoir des activités ou même d’être sûr de dormir. « Quand j’ai quelque chose à faire, j’évite de le repousser car si je le repousse je ne suis pas sûr de pouvoir le faire un jour. »

Trois enfants, tous devenus sapeurs-pompiers.

Sa vie privée s’y est adaptée, sa famille est consciente de l’importance des pompiers. Et bien évidemment, pour ne pas mêler vie privée et vie professionnelle, Thierry gardera toujours le secret professionnel même avec sa famille. Grâce à internet, le pompier volontaire peut consulter son planning d’interventions, et organiser sa journée. « 90% des décisions dans ma vie sont prises en conséquence des pompiers. » Sa femme, employée polyvalente d’exploitation hôtellerie, n’a pas d’horaires fixes, elle peut très bien travailler de jour comme de nuit. Certains jours ils ne se croiseront pas beaucoup, voire pas du tout. Il a également transmis sa passion à ses trois enfants, tous devenus sapeurs-pompiers professionnels. Maintenir une condition physique, est un élément important pour tout pompier, qui permet de s’évader et de faire une coupure. Le secret de Thierry c’est courir des marathons, ce que Thierry ne louperait pour rien au monde. Le sport, lui permet également de passer du temps avec ses enfants, un moment important dans une vie aussi chargée.

« Mais parfois il faut faire une pause. »

Une quatrième activité s’ajoute à sa passion pour le sport, son activité au sein des pompiers et sa profession d’opérateur laser ; Thierry aime travailler le samedi soir en tant qu’animateur de soirées. Cela lui permet de se défouler, de faire la fête tout en gardant une vie sociale et de faire une coupure entre toutes ses activités.

Mais toutes ses passions cumulées n’empêchent pas d’avoir une vie privée, Thierry ne se prive pas de sortir au restaurant ou encore de voir des amis.

Pompier volontaire, une activité prenante dans une vie, mais que Thierry voit davantage comme une passion « Je pourrais rester parler de pompier pendant des heures, car, quand on aime on ne compte pas. »

 

Morgane Laban

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *